Médecine classique Santé

Docteur Éric Loridan : « Notre capacité de résilience est sans mesure ! »

Le docteur Eric Loridan est une figure emblématique de la contestation liée à la vaccination Covid.

Interview du Docteur Éric Loridan, chirurgien général et digestif

Dans le documentaire de Fabien Moine intitulé « Suspendus… Soignants entre deux mondes » projeté au CGR le 25 avril dernier, Éric Loridan dévoile, en compagnie d’autres soignants (Caroline Blondel, Gregory Pamart, Carole Fouché, Louis Fouché, Judith Rémy et Aurélie Colin) son vécu, ses désillusions et ses espoirs depuis sa suspension le 15 septembre 2021 suite à son refus de recourir à une injection Covid pour conserver son emploi.

Quel est votre parcours professionnel ?

E.L. : Je suis chirurgien général et digestif, thésard en 2001 après avoir effectué mon internat à Poitiers. Marié depuis 28 ans, père de six enfants et grand-père, je me suis installé à Boulogne-sur-Mer dans le Pas-de-Calais depuis 2003 jusqu’à ma mise en disponibilité pour convenance personnelle suite à l’application de la loi du 5 août 2021 portant obligation de vaccination anti-covid pour le personnel de santé. J’y ai exercé quelques responsabilités et mis en place de nombreux projets, comme le développement des techniques cœlioscopiques, la chirurgie de l’obésité, la chirurgie robotique.

Est-ce Fabien Moine qui vous a contacté pour le documentaire « Suspendus… Soignants entre deux mondes » ? Pour quelle raison avez-vous accepté d’y participer ?

E.L. : Nous avions été mis en contact pour la première fois via les réseaux sociaux, et nous nous sommes rencontrés chez le docteur Gregory Pamart, le jour où ce dernier passait en chambre disciplinaire du conseil régional de l’ordre des médecins de Lille et m’avait demandé de l’y assister, fin janvier 2022. C’est d’ailleurs chez Gregory et Angelina que nous avons tourné nos deux témoignages pour le documentaire « Suspendus ». J’ai très vite accepté la proposition de Fabien, car laisser une trace et un témoignage pour les personnes qui ont vécu le même parcours que nous et pour les générations futures, cela me semblait aller de soi.

Comment avez-vous vécu professionnellement et personnellement cette période de suspension ?

E.L. : Ça a été un coup d’arrêt brutal et d’une violence psychologique forte. Le 14 septembre 2021, je peux consulter mes patients, mais le 15, je suis interdit de pénétrer dans l’établissement qui m’a vu y travailler sans relâche pendant 18 années. Avec l’abandon, l’incompréhension ou le mépris des collègues ; la trahison, même, notamment administrative. Seuls deux médecins pensaient la même chose que moi ainsi qu’une quinzaine de paramédicaux et secrétaires. Mais le plus douloureux a été pour moi de recueillir le témoignage de femmes qui m’ont dit avoir eu l’impression, en allant au vaccinodrome, de s’être fait violer. Je me suis toujours demandé ce que j’aurais dû faire de plus pour les aider à ne pas succomber.

Qu’est-ce qui vous a amené à refuser cette injection ?

E.L. : Les mensonges d’État. Ils étaient présents partout depuis le début de cette crise et même avant. Il ne faut pas être sorti de Saint-Cyr pour comprendre le fantastique foutage de gueule que nous faisaient le chef de l’État et toute sa clique, depuis la mise en substance vénéneuse niveau 2 de l’hydroxychloroquine puis son interdiction par décret au lendemain de la publication d’une étude frauduleuse dont trois auteurs sur quatre se sont désistés. Il y a eu aussi les professeurs Montagnier, Raoult et Perronne traînés dans la boue tandis que d’obscurs médecins occupaient les plateaux télé pour continuer la saga de la peur. Et puis, j’ai vu la vidéo d’un jeune réanimateur de Marseille qui expliquait en cinq minutes la psychologie de la peur et l’hypnose collective qui était en train de se mettre en œuvre. Ce jeune homme, c’était Louis Fouché.  J’ai montré cette vidéo à mon épouse, lui disant : « Regarde, il y en a un qui pense comme nous ». Ça nous a sortis de notre isolement. L’obligation du port du masque dans les lieux publics m’a fait sortir de mes gonds. J’ai découvert durant cette crise, que même au bloc ça n’avait pas grande utilité pour empêcher les infections de site opératoire, alors dans la rue par des gens peu rompus à la pratique du soin, c’était irréel. J’en ai fait une première vidéo, qui fut très appréciée du public, beaucoup moins de l’administration de mon hôpital, puisque j’ai été sanctionné d’un blâme voté par mes propres collègues.  Le pire, c’est quand ils ont voulu imposer le masque aux enfants, ainsi que les tests. J’ai vu rouge, d’où ma vidéo « coup de gueule », qui a fait 44.000 vues en quatre semaines avant d’être censurée par YouTube, et qui me valut une dénonciation au conseil de l’ordre… par un collègue que je ne connaissais même pas ! Par la suite, j’ai écouté des personnes qui s’y connaissaient en ARN et nous mettaient en garde, comme Christian Velot, Alexandra Henrion-Caude, Hélène Banoun. Ma conviction était faite : la covid se soigne, les traitements précoces existent, les masques sont un instrument de soumission, les vaccins sont potentiellement dangereux, et je dois prendre position, sortir de ma zone de confort, ne serait-ce que pour protéger mes gosses. Et réaliser que l’État n’est pas forcément ce père bienveillant envers ses enfants, mais ça, je m’en étais déjà aperçu depuis quelques années.

Cette crise est l’occasion de découvrir le vrai sens de notre humanité. Docteur Eric Loridan

Quel(s) message(s) adresseriez-vous à vos détracteurs, à ceux qui vous considèrent comme un  » anti-science  » et un  » complotiste «  ?

E.L. : Dans les années 80, dès qu’on voulait faire taire quelqu’un, on le traitait de raciste. Le temps qu’il se justifie, il avait perdu 70% de son temps de parole. Dans les années 2010, même chose avec le sobriquet  » homophobe  » balancé à toutes les sauces. Cette diabolisation du contradicteur n’est pas chose nouvelle. Là, avec  » complotiste « , il a juste fallu déterrer un mot inventé par la CIA et qui servait à discréditer toute personne qui remettait en cause la version officielle de l’assassinat de JFK. Mettre des étiquettes, c’est l’argumentaire de celui qui n’a pas d’argument. C’est d’une bassesse sidérante. Que des hommes politiques le fassent, ça ne me surprend guère, n’ayant que peu d’estime pour cette catégorie de gens que la carrière motive avant toute chose. De la part de collègues médecins, c’était plus difficile à admettre. Idem avec « antiscience ». Que dire, dans ce cas, de tous ceux parmi mes collègues qui ne sont pas allés faire leur 4ᵉ puis leur 5ᵉ dose, alors que l’efficacité de la 3ᵉ est nulle dès le 6ᵉ mois ? Ben alors les gars ? Vous ne croyez plus en la science ?

Que va-t-il se passer pour vous maintenant ? Allez-vous réintégrer votre poste ? Si oui, qu’en pensent vos collègues vaccinés ? Avez-vous gardé des contacts avec eux ?

E.L. : Si un jour je reprends un travail fixe dans un hôpital où une clinique, ce sera avec certaines conditions, qui pour le moment ne sont pas remplies. Notamment la création de maisons de santé intégrative, incluant des acteurs de la santé qu’on ne voit hélas pas dans nos hôpitaux de l’Hexagone: naturopathes, phytothérapeutes, masseurs énergéticiens, spécialistes en iridologie, en huiles essentielles, en fleurs de Bach… Des spécialistes de la santé, alors que nous, médecins, sommes plutôt spécialistes de la maladie. Ce n’est pas une critique, c’est un constat. Et pour le bien de tous, nous devons travailler ensemble, sans opposition, mais en pleine synergie. Cela permettra de sauver le système de santé en France et aussi de permettre au patient de devenir expert de sa propre santé. Je fais ce rêve complètement fou. J’ai gardé quelques contacts avec des collègues, mais très peu. De toutes façons, ma place au sein de l’hôpital où j’ai travaillé est occupée, donc je n’y retournerai sans doute pas. J’irai là où un projet comme indiqué ci-dessus semble opportun. Ce n’est pas la place qui manque pour un chirurgien expérimenté et qui a encore de belles années devant lui !

Que représente pour vous l’abrogation de l’obligation vaccinale des soignants par l’Assemblée ? Craignez-vous un retour défavorable du Sénat ?

E.L. : C’est une belle victoire, un peu à l’arrache, mais à savourer. La France est le dernier pays au monde à avoir maintenu la suspension sans salaire, indemnités, chômage, RSA ni même aide à la reconversion professionnelle pour les soignants et apparentés, suspension qui n’avait pourtant aucune raison d’ordre médicale ou scientifique, mais le fut uniquement par dogmatisme politique. Tout peut arriver, bien sûr, entre le passage au Sénat, la deuxième lecture à l’Assemblée, pourquoi pas un passage au Conseil d’État ou que sais-je… Il y a sans doute encore des possibilités de continuer d’  » emmerder  » une partie du peuple de France, pour reprendre une expression venue d’en haut. Mais qu’importe ! Ceux qui ont tenu ces 600 jours sont déterminés à ne jamais plus rien lâcher, soyez-en certains. Notre capacité de résilience est sans mesure. Ils nous ont changés en lions ! Dernière chose : il va aussi falloir, lorsque justice humaine sera passée et aura trié les responsabilités de chacun dans cette crise inédite, travailler à la réconciliation. Nous n’aurons guère le choix, car il nous faudra œuvrer pour rendre à nos enfants l’avenir qui leur a été hypothéqué. Il n’y aura plus les provax d’un côté, les antivax de l’autre, les pro ceci contre les anti cela. Il y aura nous, les hommes et femmes d’un même peuple. C’est là toute mon espérance.

Véronique David

Journaliste
Après un diplôme de psychologie et un DU de Japonais, j’ai préparé un diplôme de Naturopathie-homéopathie avec la faculté Libre de Médecine Naturelle et d’Ethnomédecine de Paris XV ainsi qu’une formation de correctrice avec le Centre d’Écriture et de Communication de Paris V qui m’a aussi formée aux techniques journalistiques. Dans le même temps, j’ai rédigé des articles pour différents journaux et administrations (Mairie d'Agen, Conseil départemental de Lot-et-Garonne, Actif Formation...). J’ai aussi travaillé au sein de divers organismes (Caf, Pôle Emploi, ODAC, MEDEF, ENAP…) dans le domaine du secrétariat et préparé une formation de praticienne en coaching de Vie. Dans un tout autre domaine, je suis officier de réserve citoyenne dans l’Armée de Terre depuis une dizaine d’années. J’ai appris au fil du temps que « toutes les batailles de la vie nous enseignent quelque chose, même celles que nous perdons » (Paulo Coelho). Rêvons en grand, soyons audacieux et bâtissons l’impossible !

2 Commentaires

  • Avatar
    Balloy 25 mai 2023

    SOURCES : 95% du magazine de la santé de France 5 (magazine que je regarde quotidiennement depuis son début en 1998), des députés européens et de mon avocate :
    LA FRANCE EST LE SEUL PAYS AU MONDE OÙ LES SOIGNANTS N’ONT PAS DE DROIT D’EXERCER LA PROFESSION POUR LAQUELLE ILS ONT ÉTÉ FORMÉS ! QUAND ICI ? À MOINS QU’ON SOIT COMME EN CORÉE DU NORD ! LE PRÉSIDENT DE MODERNA A DIT QUE CE N’ETAIT QU’UNE GRIPPE. LE BRAS DROIT DE PFIZER A RECONNU devant les DÉPUTÉS Européens QU’IL AVAIT MENTI (encore une fois) CAR IL N’AVAIT PAS TESTÉ LA TRANSMISSION. Mon AVOCATE de l’AIDE JURIDICTIONNELLE condamne l’ARS à verser 2,5 millions. Elle note que le 5ème alinéa du préambule de la constitution du 27 octobre 1946 prévoit que « Nul ne peut être lésé dans son travail ou son emploi, en raison de ses origines, de ses opinions ou de ses croyances ». L’inconventionnalité de la loi du 5 août 2021 implique que la décision de suspension reposant sur cette dernière, est illégale.
    Le SERMENT d’HIPPOCRATE : « en premier, ne pas nuire ».
    Le Professeur Christian Perronne a été vice-président, à l’Organisation Mondiale de la Santé conseillant la politique vaccinale dans la région EURO, ancien chef de service des maladies infectieuses et tropicales à l’hôpital Raymond-Poincaré. Il a été poursuivi par le Conseil National de l’Ordre des Médecins pour ses prises de position très critiques envers la politique vaccinale du gouvernement lors de l’épidémie de Covid. La décision de la chambre est « Dr Perronne, spécialiste internationalement reconnu comme un expert dans le domaine de l’infectiologie était le mieux à même de comprendre les enjeux de santé publique. S’il s’est exprimé dans la presse sur l’action du gouvernement et sur l’industrie pharmaceutique ainsi qu’il était légitime à le faire et en avait même l’obligation dans ce domaine qui relevait de sa compétence, il s’est borné à porter publiquement mais sans invective une voix discordante sur un sujet d’intérêt général. »
    Le ministre Allemand de la santé reconnaît les effets secondaires après « vaccination ».
    Outre cela, on a évidemment tous côtoyé le virus. Nous avons donc tous l’immunité naturelle. J’ai fait une prise de sang d’immuno-sérologie qui indique que j’ai déjà été en contact avec le virus et la définition de vaccin est : substance pathogène qui, inoculée à un individu, lui confère l’immunité contre une maladie. Je n’ai pas besoin du produit expérimental car mon immunité naturelle est présente. Je ne suis jamais malade et l’injection engendre un coût à la société. On ne vit pas dans une bulle. Comme dit une patiente : il y a des personnes qui sont payées à rester chez elles et moi je viens à vélo soigner mes patients comme toujours sans avoir le droit de les facturer. On a le droit d’être serveur en touchant des couverts … et exercer tous les métiers et on n’a pas le droit de soigner alors que nous manquons de soignants depuis des années. Maintenant ils changent de profession voire partent en Suisse ou ailleurs. ON A PU ALLER VOTER MÊME AVEC LA COVID. À la BRADERIE de Lille il y avait 2,5 MILLIONS de PERSONNES et nous on n’a pas le droit de soigner car ce n’est qu’en France que le virus est apparemment le plus virulent.
    8 février 2023 : reportage sur Arte sur les effets secondaires du vaccin anti-covid. En 2020, les patients n’étaient pas « vaccinés » car il n’y avait pas de vaccin contre la covid et nous étions applaudis. Depuis le 1er février 2023, conformément aux recommandations du Haut conseil de la santé publique (HCSF), l’isolement systématique pour les personnes testées positives au covid-19 et la réalisation d’un test de dépistage au deuxième jour de la notification du statut de contact pour les personnes contact asymptomatiques ne sont plus requis. Il n’y a donc aucune raison de ne pas nous réintégrer.
    La dette de la France a augmenté de 560 milliards depuis les 3 ans de covid pour arriver à 3 milles milliards.
    Déficit commercial français en 2022 : 163 milliards. Au début du confinement 3 médecins alsaciens ont écrit dans les journaux alsaciens pour dire qu’ils guérissaient tous leurs patients qui avaient la covid grâce à la vitamine C, la vitamine D pour l’immunité (le soleil alors qu’on nous a confiné🙃), le zinc … L’ordre des médecins leurs a dit que s’ils écrivaient encore dans les journaux ils seraient radiés. Ils ont répondu qu’ils disaient juste ce qui guérissait. Le «vaccin contre la covid» est en phase trois sur quatre et bien évidemment comme tout produit actif il y a des effets secondaires. J’ai vu des patients qui après injection ont eu des effets graves. Une patiente qui travaille à l’hôpital en biologie après sa deuxième dose a eu une fesse qui a gonflé énormément, des douleurs insupportables et marchait à quatre pattes. Elle a dit qu’elle s’était renseignée et tout était caché. Une jeune femme qui n’a PAS eu SES RÈGLES pendant 8 MOIS après l’injection. Quid de la fertilité. La greffière que beaucoup de personnes ont vu qui est passée sur Internet … Mon oncle et parrain très sportif avec une vie très saine vient de mourir de la maladie de Creutzfeldt-Jakob et il y a nettement plus de cas maintenant. AUGMENTATION DES AVC … Voir le lien : « Où est mon cycle ? » Énormément de feux cet été et il y avait 5 200 pompiers non-vaccinés suspendus. Par ailleurs, la vaccination contre la grippe est proposée qu’à partir de 65 ans et nullement imposée. On ne lancerait jamais une voiture en phase trois sur quatre en disant prenez la voiture et vous nous direz si les freins lâchent ou le moteur explose… Notons que les données apparaissent stipulant qu’il n’y a aucun bénéfice à être vacciné pour les enfants … Il est loisible de penser qu’on les a obligés car c’est le terme obligés à être « vaccinés » avec un produit dont on ne connaît pas les résultats à moyen et à long termes pour nos enfants qui eux n’ont pas encore eu d’enfants et qui débutent juste leur vie. En tant que parent c’est inadmissible d’avoir incité nos enfants. Ceci fait exploser les couples quand ils ont des visions différentes. Comme le dit le professeur en pédiatrie, le professeur Cohen qui passe au magazine de la santé, cette maladie concerne les personnes âgées et nullement les enfants. Le plus grand journal au Danemark s’est excusé publiquement de ne pas avoir fait son travail en tant que journalistes en écoutant les propos du gouvernement. La plupart des enfants ont déjà eu la covid et ils vont très bien. Les virologues disent bien que le virus est peu virulent. Comme dit le professeur Cohen, les enfants sont plus fragiles maintenant parce qu’ils ont toujours un masque mais tout en étant plus fragiles ils ne meurent pas. De plus, on parlait de mettre les masques avec un protocole rigoureux (les mains propres …) et les personnes faisaient n’importe quoi. Par ailleurs, on a besoin de côtoyer les virus comme depuis la nuit des temps pour apprendre à se battre contre les virus. Sinon c’est comme si on avait une armée qui restait sur le canapé à boire des bières sans s’entraîner. Les psychologues cliniciens disent bien qu’on a fragilisé mentalement nos enfants même s’ils ne le verbalisent pas et ça c’est inadmissible. Il y a eu jusqu’à 400 000 covids par jour et 200 morts : 2 par département. S’il y avait 5 000 morts par jour je ne tiendrais pas ce discours. Les infirmières que je côtoie disent la même chose. Il n’y a pas plus de morts qu’avant. Outre cela, il y a 4 naissances et 2 morts par seconde dans le monde. Il y a toujours eu des morts quotidiennement. Les tests coûtent 1,5 milliard par mois juste pour dire qu’on a un rhume. En médecine on parle toujours de balance bénéfices-risques. Et là pour les enfants il n’y a aucun bénéfice. NOS DROITS : La loi Kouchner stipule que nous sommes libres de nos corps et que nous pouvons refuser un acte médical. Code de Nuremberg du 20 août 1947 : «Aucune expérience ne doit être conduite lorsqu’il y a une raison a priori de croire que la mort ou des blessures invalidante surviendront.» Code civil article 16.1 : «chacun a droit au respect de son corps, le corps humain est inviolable» L’illégalité du chantage et la pression vaccinale sous peine de licenciement sec. Le MARI de la PRÉSIDENTE de la Commission européenne est depuis décembre 2020 « directeur médical » de la société de biotechnologies Orgenesis (THÉRAPIES CELLULAIRES et GÉNIQUES). David von der Leyen, le FILS, est CADRE DIRIGEANT chez MC KINSEY : CONFLIT D’INTÉRÊT ! INADMISSIBLE. Quand Arnaud Montebourg se présentait à la présidentielle sa compagne journaliste avait dû se retirer des infos car conflits d’intérêts et normalité. La présidente de la commission européenne a COMMANDÉ 9 DOSES pour les Européens soit 71 MILLIARDS d’€. On jette l’argent par les fenêtres directement dans les énormes poches des grands laboratoires pharmaceutiques. Avec les prix qui flambent dans les énergies, la nourriture … c’est inadmissible. PFIZER a été CONDAMNÉ à plusieurs reprises par la justice, souvent pour des sommes importantes, dont un record de 2,3 MILLIARDS de dollars en 2009. Des députés européens ont lancé une procédure PÉNALE contre Ursula von der Leyen : rapport de la COUR des COMPTES européenne sur le processus d’achat de vaccins contre la covid par la Commission (dysfonctionnements de la Commission). La PRÉSIDENTE REFUSE toujours de COMMUNIQUER SES MESSAGES PRIVÉS avec le PATRON de PFIZER, qu’elle est soupçonnée d’avoir favorisé au détriment du droit de l’Union, et plus encore au détriment du citoyen européen. Elle aurait touché 720 millions du patron de Pfizer.
    En Guadeloupe et en Martinique les soignants ont dit on ne va pas se faire vacciner. L’hôpital a dû plier. 70 % des Antillais ne sont pas injectés. Soyons tolérants et arrêtons les climats anxiogènes. VIVE le POSITIF pour l’AVENIR de nos ENFANTS …

    Cagnotte : https://www.leetchi.com/c/kine-benevole-car-en-france-et-non-vaccine-alors-que-possible-en-suisse?utm_source=copylink&utm_medium=social_sharing

    Une personne de l’ARS m’a écrit :
    Ils étaient 3 a 5000 à défiler à Lyon pour cette journée de soutien aux Suspendus, qu’ils soient pompiers, jardiniers, cuisiniers, secrétaires, orthophonistes ou soignants.
    Les médias télévisés n’en ont pas pipé mot.
    Dans quelle dérive est partie la France depuis cette sinistre loi « bannissant » ces personnes !?
    Je ne vais pas renouveler mon adhésion syndicale tant leur non-soutien m’a écoeurée…
    Je ne VEUX PAS d’une France avec des « sous-citoyens » !
    Je veux d’une France LIBRE où l’on ne tord pas le bras aux gens par de l’odieux (et rentable) chantage à la « vaccination ».
    En plus pour l’un des produits les plus inefficaces et dangereux qu’on ait pu inventer…

    Nous sommes le DERNIER PAYS à ne pas réintégrer les soignants suspendus !!!
    On prolonge leur calvaire pour des motifs fallacieux.
    Alors que l’hôpital crève la gueule ouverte !! Qu’on a besoin d’eux urgemment ! Que feras-tu si tu dois aller aux urgences ? Attendre 5 heures en souffrant ?
    Pendant que des pompiers, des mamans aide-soignantes au bout du rouleau, se suicident dans le désespoir et l’indifférence absolue ?!

    Je demande que ces personnes soient réintégrées, pour les salariés et pour les libéraux, de nouveau autorisées à travailler dans leur art, et que soit ordonné immédiatement l’arrêt des poursuites relatives à leurs cotisations URSSAF etc depuis 2 ans (non suspendues elles !!), et qu’une solution soit trouvée.

    Je demande pour eux réparation, reconnaissance de leur dignité et de leur droit à être libres dans les décisions qui concernent leur intégrité physique.

    Et surtout qu’aucun « gouvernement » ne commette plus jamais une telle ignominie, une telle ségrégation, honteuse, indigne de qui est censé représenter notre belle devise
    « Liberté Égalité Fraternité » !

    • Véronique David
      Véronique David 13 juin 2023

      Merci beaucoup pour votre témoignage très touchant qui met bien en lumière tous les dysfonctionnements qu’il y a pu y avoir et surtout les illogismes volontaires de ce bannissement de la société d’une partie de la population, devenue des mois durant des non-citoyens dont j’ai fait partie, même si je trouve plus pertinent votre emploi de « sous-citoyen ». Il y a du positif qui ressort malgré tout de tout cela : la prise de conscience de beaucoup de citoyens de la nécessité de se tourner vers une médecine personnalisée, tournée vers l’humain où l’écoute, la bienveillance et l’empathie occuperaient une place de choix. J’ai confiance en la capacité de résilience des peuples en souffrance. Nous allons tendre vers une santé plus ouverte sur les nouvelles techniques, plus innovante et plus audacieuse, plus respectueuse de l’être et où les effets secondaires seront relégués dans les tiroirs d’une médecine archaïque rechignant à sortir de sa zone de confort et à se remettre en question pour le bien-être de ses patients.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *